LE VOVINAM VIET VO DAO 

Que signifie Vovinam Viet Vo Dao ? 

​

« Voie de l’Art Martial Vietnamien ». Précisons que ce terme ne peut être dissocié du terme « Vovinam » (voir les interviews des Maître LE Sang et TRAN Nguyen Dao). L’idéogramme « Vo » (Voie) a la même signification que l’idéogramme Do en japonais ou Tao en chinois, c'est-à-dire qu’au-delà d’un art guerrier, la discipline vise la formation de l’homme à tous les niveaux (physique, culturel, spirituel…). Nous appelons cette formation la formation de l’Homme Vrai, c'est-à-dire l’individu complètement réalisé à tous niveaux. 

​

Est-ce que le Vovinam Viet Vo Dao est dangereux ou violent ? 

Le Vovinam Viet Vo Dao est efficace. Cela implique qu’il est potentiellement dangereux, d’où la nécessité de développer une grande moralité lors de l’apprentissage, afin de ne l’utiliser, le cas échéant, qu’à bon escient. La violence est une caractéristique comportementale liée à un individu donné. Elle est strictement condamnée par notre Art, qui se veut idéaliste et pacifiste. 

De quelles techniques est composé le Vovinam Viet Vo Dao

L’éventail technique est très large, si bien que tous les aspects de l’Art guerrier sont étudiés au fur et à mesure : percussions, saisies et projections, clés, armes traditionnelles… Le Vovinam Viet Vo Dao propose ainsi une formation martiale des plus complètes qui soient. 

​

LA PRATIQUE 

A quel type de population s’adresse le Vovinam Viet Vo Dao

​

A tous, dès lors qu’on est motivé et prêt à s’investir, car on ne peut construire que sur du long terme. Tout le monde n’a pas les mêmes capacités, aussi il ne faut pas se comparer systématiquement aux autres, mais avant tout à soi-même. La progression doit être continue, c’est que que symbolise le bleu de notre tenue (appelée Vo Phuc). Il est vrai que globalement, les plus jeunes auront souvent moins d’appréhensions que leurs aînés, ce qui facilite généralement leur évolution. Cependant, rares sont les difficultés réellement insurmontables. Citons deux cas. Le premier, un Maître d’Ile-de-France 5ème Dang bien connu des pratiquants qui a commencé à 37 ans et qui a aujourd’hui près de 70 ans. Jusqu’à 50 ans, il continuait à exécuter les fameux ciseaux volants et a pu réaliser l’ensemble des techniques du programme officiel. Le second exemple est le cas d’une ancienne pratiquante du club, qui est restée deux ans et avait passé son 2ème Cap. Ne pouvant continuer pour des raisons familiales, elle a cependant témoigné des bienfaits énormes de la pratique, alors qu’elle n’était précédemment pas du tout sportive et qu’elle avait 30 ans passés. 

Comment se déroule généralement un cours ? 

En règle générale, un cours dure deux heures. Il y a environ 30mn d’échauffement, d’entraînement cardio-vasculaire et de chutes et roulades, afin de préparer le corps et le renforcer. Ensuite, nous travaillons la partie combat : le travail de techniques applicables en combat, l’éducation des réflexes, et le combat à proprement parlé.Vient enfin la partie technique, généralement scindée en deux : techniques travaillées seul et techniques travaillées à deux. 

Peut-on pratiquer avec un handicap ? 

Oui, et les exemples sont légion. Pour des personnes atteintes d’un handicap, un suivi tout particulier est souvent nécessaire. Dans ce cas, un point complet avec l’enseignant est un préalable, afin qu’il adapte son enseignement en conséquence. 

Si on n’aime pas trop les combats, peut-on pratiquer ? 

De même, si on est surtout intéressé par le combat ? Combat et technique sont indissociables…ce qui n’empêche pas d’avoir sa préférence ! Ce sont les deux faces d’une même pièce : une formation martiale traditionnelle ne peut être complète sans un travail approfondi de ces deux aspects, qui permettra ensuite d’engager un travail dans bien d’autres domaines. 

Combien faut-il d’heures par semaine pour réussir son grade ? 

Le niveau technique est souvent lié à l’investissement : il n’y a pas de secret ! Même les plus doués doivent beaucoup travailler pour arriver au plus haut niveau. Au Vietnam, il n’est pas rare que les pratiquants travaillent 2 heures tous les soirs, 6 jours sur 7, soit entre 10 et 15 heures par semaine. En France, il est recommandé de pratiquer au moins 4 heures par semaine. Quant au grade, ce n’est pas une fin en soi. L’important est de se présenter à un passage de grade en ayant atteint le niveau technique exigé. Organisez-vous des stages ? Plusieurs stages sont organisés chaque année aux niveaux régional, national ou international, et tous les sujets peuvent être abordés : combat, technique, armes, casse, travail de l’énergie interne… 

​

LES COMPÉTITIONS 

Y-a-t’il des compétitions, et y participer est-il obligatoire ? 

​

Il y a des compétitions technique et combat, plusieurs fois par an, et sur plusieurs niveaux (régional, national, international). Y participer n’est pas obligatoire mais fortement recommandé, ne serait-ce qu’à titre d’expérience ! Après, c’est souvent une occasion de se mettre au défi d’atteindre son plus haut niveau et par conséquent une source de progrès. Cependant, la compétition n’est jamais une fin en soi dans la pratique martiale, seulement une étape. 

Quelles sont globalement les règles de compétition ? 

Pour les ateliers techniques comme pour les ateliers combat, les sélections se font par tours, jusqu’à déterminer le troisième et les deux finalistes qui s’affrontent lors des finales. Les jurys sont composés de maîtres et d’enseignants. Pour la technique, le moindre blocage (s’arrêter au milieu d’un enchaînement technique) est synonyme d’élimination. Pour le combat, les pratiquants combattent avec des protections (plastron, coquille/protège-buste, gants, protèges-tibias) et chaque technique marque des points. Les techniques sont portées avec cependant une certaine retenue, le but n’étant pas de blesser son adversaire et le mettre KO. Celui qui marque le plus de points remporte le combat. 

​

Qu’est-ce que la Fête de la Fondation ? 

Il s’agit d'une cérémonie qui commémore chaque année, vers fin mai, la disparition du Maître Fondateur. C’est aussi l’occasion de se souvenir de tous les Maîtres disparus. La cérémonie de l’encens est un moment de partage et de recueillement pour perpétuer ce souvenir. Lors de cette fête, les passages de grades du 1er au 4ème Dang sont organisés, ainsi que des stages et des compétitions. 

​

LES PASSAGES DE GRADE 

Comment se déroule un passage de grade ceinture bleue (pratiquants) ?

​

 Ces passages de grade ont lieu deux fois par an : fin janvier-début février puis début juin, un dimanche matin. Ils sont organisés au niveau régional, les maîtres et enseignants participant au jury. Chaque candidat est appelé sur les différents ateliers techniques, combat, endurance et philosophie. Les résultats sont annoncés lors d’un cérémonie organisée 15 jours après (pour la session de juin) par le président du jury. 

Comment se déroule un passage de grade ceinture jaune (enseignants) ? 

Les passages de grade ceinture jaune ont lieu lors du GRT. Les maîtres sont membres du jury. Le passage de grade se déroule le samedi après-midi et est similaire aux passages de grade ceinture bleue, bien que plus long. Les résultats sont annoncés le lendemain. 

Comment se déroule un passage de grade ceinture rouge (maîtres) ? 

Pour le 4ème Dang, le passage de grade est national, à huis clos. Tous les maîtres sont spectateurs mais seuls les Maîtres Ainés siègent à la table du jury. Le passage de grade comporte une partie technique et une partie orale. Pour les grades supérieurs, à partir de 5ème Dang, les passages de grade sont internationaux. Les maîtres présentent une thèse, fruit de leurs recherches qui durent souvent plus de 10 ans. Précisons également que les maîtres et futurs maîtres ont accès à des séminaires de formation spécifique, qui porte sur un travail de niveau supérieur, la formation des maîtres ayant toujours été un élément fondamental du Vovinam Viet Vo Dao.